Mitigeurs Thermostatiques

POURQUOI UN MITIGEUR THERMOSTATIQUE ?

Le principe de pilotage automatique des fluides chaud et froid permet une bonne gestion de l'eau chaude : pas de gaspillage d'eau et de calories par tâtonnements dans l'ajustement de la température, réduction des pertes calorifiques en ligne, arrêt temporaire du débit deau tiède aussi souvent que souhaité.

  • Le mitigeur thermostatique permet de moins entartrer les appareils de puisage tels que têtes de robinets, sièges et électrovannes, d’où une longévité supérieure de l’ensemble du matériel et des canalisations.
  • Il est couramment admis qu’un mitigeur thermostatique offre une économie de 30 % par rapport à un mélangeur. Pour un particulier l’appareil est vite amorti. 

 PRÉVENTION DES CHOCS THERMIQUES ET DES BRÛLURES

Les brûlures cutanées par eau chaude sanitaire sont des accidents fréquents qui ont des conséquences graves notamment en raison de leur étendue importante. L’utilisation de l’eau chaude au-delà de 50° C est susceptible de provoquer des brûlures, il convient donc d’assurer une gestion adaptée de la température et de prévenir les accidents par brûlure.

  • Les brûlures peuvent se produire pour toutes sortes de raisons. Dans certains cas, ce sont les thermostats des chauffe-eau qui sont défectueux ou réglés à une température trop élevée. Dans d’autres, les régulateurs de température à la production en eau chaude soit fonctionnent mal, soit sont inexistants.
  • Les chauffe-eau sont normalement réglés à des températures supérieures à 55°C pour empêcher le développement de bactéries nuisibles, comme la légionelle, dans l’alimentation en eau. Le contact avec une eau à une température supérieure à 40°C est douloureuse. A une température de 55°C, un enfant peut être brûlé en moins de 4 secondes.80% des blessures thermiques des enfants se produisent à la maison.

FONCTION

Un mitigeur thermostatique mélange de l’eau froide et de l’eau chaude avec un différentiel eau chaude/eau froide de 40° C mini.
Le différentiel eau chaude/eau mitigée doit être de 15° C mini pour obtenir une eau mitigée à température stabilisée.

  • Il doit donc compenser les variations de pression (fréquentes ou brutales) et de température (plus lentes).
  • Un vrai mitigeur thermostatique régule aussi bien sur l’arrivée chaude que sur l’arrivée froide et compense les variations de pression lorsqu’elles restent inférieures à des niveaux usuels (1 bar).
  • Il fonctionne par gestion automatique de l’admission des deux fluides, en fonction d’un point de consigne affiché sur la manette.
  • Ce pilotage automatique se fait sans aide extérieure, mécanique ou électrique. C’est la chambre de mélange, à réaction et conservation automatique de la température, où est immergé l’élément de cire, qui fait l’originalité et la supériorité du thermostatique sur tous les autres principes.

RÉGLEMENTATION : ARRÊTÉ DU 30 NOVEMBRE 2005

L’arrêté du 30 novembre 2005 (Ministère de la Santé - publication JO du 15 décembre 2005), définit précisément les moyens de lutte contre ces deux risques à travers :
- des températures minimales pour limiter le risque lié au développement des légionelles
- des températures maximales pour limiter le risque de brûlure.

POINTS CLÉS DE L’ARRÊTÉ :

  • La température maximale de l’eau chaude sanitaire aux points de puisage est fixée à 50°C dans les pièces destinées à la toilette, 60°C dans les autres pièces, et 90°C avec signalisation particulière dans les cuisines.
  • En tout point du système de distribution, la température de l’eau doit être supérieure ou égale à 50°C à l’exception des tubes finaux d’alimentation des points de puisage.
  • Les tubes finaux d’alimentation des points de puisage doivent contenir moins de 3 litres d’eau.
  • A la sortie des équipements de production d’eau chaude, la température de l’eau doit être en permanence supérieure à 55°C.
  • Dans les équipements de stockage, l’eau doit être portée à une température suffisante au moins une fois par 24 heures : 2 minutes à 70°C, ou 4 minutes à 65°C, ou 60 minutes à 60°C.

L’arrêté du 30 novembre 2005 implique donc la préconisation de mitigeurs thermostatiques :
- en sortie de production d’eau chaude pour abaisser et maintenir la température de l’Eau Chaude Sanitaire distribuée (par exemple de 65 à 55°C).
- en amont et le plus près possible des postes de puisage pour limiter tout risque de brûlure (50°C maximum).